Le point sur la possibilité de fabriquer des masques

Le point sur la possibilité de fabriquer des masques

 (1)

Toiles de Mayenne - L'art de vivre est un savoir-faire
Malgré une mobilisation dès les premiers jours du confinement sur ce sujet, et bien que les médias laissent entendre que toute la filière textile est en train de produire des masques, Toiles de Mayenne, comme beaucoup d'autres acteurs de cette filière est encore dans l'attente d'un feu vert.
La première raison est l’évaluation du tissu. La chose est beaucoup moins simple que ce que l’on pourrait imaginer et pour l’instant, nos tissus de décoration (ceux que nous avons fait tester par l’IFTH) s’avèrent ne pas convenir. Nos textiles devant résister à l’abrasion et à la déchirure sont trop serrés, ils sont trop denses pour garantir une bonne respirabilité.
De plus la recherche du bon tissu pour faire des masques passe aussi par un soucis de prix raisonnable, surtout si on essaye de répondre à des volumes pour d’autres entreprises.
Pour des masques grand public, avec une recherche de style, on peut envisager des tissus plus haut de gamme mais nous n’en sommes pas là. Il faudra voir si, comme nous le croyons, le masque investit durablement nos garde robe ou non. Peut être que, comme dans les pays asiatiques, cela deviendra un usage réflexe et nous l’utiliserons lors d'épidémies courantes comme la grippe.
Côté confection, l’atelier de Toiles de Mayenne qui produit principalement du sur mesure n’est pas équipé, configuré ni très performant dans le travail industriel et répétitif. Et n’était donc pas en capacité de répondre immédiatement à un prix acceptable et dans un délai satisfaisant à des demandes de grandes et moyennes envergures (de 500 à 50000 pièces). Ce prix acceptable est un prix qui correspond au marché (entre 4 et 5€ HT) et cela sans déséquilibrer la pérennité économique de la manufacture, c’est à dire commercialiser en couvrant les approvisionnements matières, les frais de production, et de fonctionnement.

Par ailleurs, produire des plus petites quantités pour répondre aux particuliers, si c’est la seule activité, revient à faire prendre un risque économique à l’entreprise. Vue sa récente situation fragile, c’est un pari que ne nous ne ferons pas. Lorsque l’activité normale de la manufacture sera rétablie, si nous avons un tissu qui offre les caractéristiques requises et évalué par L’IFTH et la DGA, c’est une production que nous pourrons envisager.

Pour l’instant, il nous a semblé plus honnête d’orienter les demandes importantes que nous recevions vers les entreprises Mayennaises en capacité de répondre rapidement à ces quantités.
Toutefois, nous n’abandonnons pas nos recherches, plusieurs de nos tissus de décoration sont en cours de test. Notre espoir est de pouvoir à un moment fabriquer de beaux masques à destination du grand public dans des matières naturelles.
Depuis quelques jours, en collaboration avec l’entreprise Sarthoise https://www.maliterie.com/, qui a un intissé lavable, certifié par la DGA en catégorie 1, nous avons testé la capacité de fabrication de l’atelier avec ce matériau inhabituel pour nous. Les tous premiers essais sont encourageants, nous poursuivons. Cette production n'est pas vraiment à destination du grand public mais nous permettra de répondre aux très nombreuses demandes de professionnels déjà reçues.
Ces masques sont maintenant en vente par lots de 30 masques cat 1 uniquement sur le site.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les coulisses de cette fabrication en France (et les nombreux problèmes rencontrés par la filière textile), ainsi que le maximum de détails sur les évaluations des tissus et le nombre de lavages réellement possible, nous vous recommandons ces deux articles extrêmement détaillés et intéressants : 
https://louise-magazine.com/masques-en-tissu-quels-modeles-et-tissus-privilegier/

Après ces lectures, si vous souhaitez coudre vous même vos masques, grâce aux directives des organismes chargés des  évaluations des matériaux et des masques, nous avons amélioré notre tutoriel et l’avons mis à jour sur le site dans le post actu : Faire des masques
Les masques fait-maison ne sont pas soumis aux normes. Privilégiez un tissu en coton et polyester ou 100% coton (mais 2 couches impératif) et qui laisse bien respirer. Il doit pouvoir être lavé à 60°C, repassage à fer chaud mais sans vapeur et porté 4 heures d’affilées pour tester la respirabilité.

En attendant la fin du confinement, nous nous préparons à la reprise en misant sur les multiples possibilités de l’entreprise et notamment son premier métier qui est la décoration sur-mesure pour les chantiers professionnels comme particuliers, de la prise de mesures à la pose du textile de décoration.

 (1)

Site réalisé par Collectif 29.